Marie-Antoinette et sa garde-robe

Nous avons eu la chance, il y a quelques années, de découvrir l’inventaire de la garde-robe de Marie-Antoinette pour l’année 17711 , alors qu’elle n’était encore que dauphine. Elle se trouve répertoriée dans l’inventaire après décès de la duchesse de Villars, dame d’atours de la princesse morte en charge2 .

Archives départementales des Yvelines, 3E45/152 – 14 octobre 1771, fol. 58r (détail).

Archives départementales des Yvelines, 3E45/152 – 14 octobre 1771, fol. 58v.

Le fait n’est pas étonnant dans la mesure où, par droits de charge, la duchesse stockait la garde-robe de Marie-Antoinette et récupérait même, grâce à ce que l’on appelait la « réforme », les vêtements dont la dauphine n’avait plus l’usage. Même si Marie-Antoinette ne peut pas encore être qualifiée de « reine de la mode », le document n’en est pas moins exceptionnel dans la mesure où il contient 291 items concernant, pour la majorité, les vêtements de la princesse. Nous n’avons aucun autre document d’une telle précision. Rien, dans la description des pièces de cette garde-robe, ne laisse transparaître des habits extravagants : Marie-Antoinette porte les vêtements d’une jeune princesse de son temps et tous choisis par sa dame d’atours.

La description y est suffisamment précise pour que l’on puisse reconnaître les habits mentionnés sur certains tableaux. On pense ainsi au tableau en pastel de Marie-Antoinette en habit de chasse par Joseph Krantzinger, peint en plusieurs exemplaires précisément en 1771. L’historique de ce tableau est parfaitement connu3 et répond à une commande de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, mère du modèle. Lasse d’attendre un beau portrait de cour, la souveraine du Saint-Empire romain germanique se résout, en attendant, à recevoir un portrait de sa fille en tenue de chasse. Ce ne fut pas sans plusieurs relances, la souveraine écrivant notamment à Mercy-Argenteau, son ambassadeur à Paris, cette lettre du 7 mai 1771 : « J’attends le grand portrait de Liotard avec impatience, et j’espère qu’on n’oublie pas celui à cheval. Si vous pouviez en attendant m’envoyer son habillement peint à cheval, chapeau sur tête, en petit, si cela se peut, même si la ressemblance n’y est pas.4 » Le ministre peut rassurer sa maîtresse le 22 juin suivant et lui écrit : « Je crois avoir trouvé un peintre qui réussira à faire un portrait bien ressemblant de Mme la dauphine dans ses habillements de cheval ; cet ouvrage s’exécute sous mes yeux, mais il faudra encore quelques semaines avant qu’il puisse être achevé et porté au degré de perfection nécessaire.5 » C’est chose faite en août 1771 et Marie-Thérèse peut écrire ravie à sa fille le 17 : « J’ai reçu votre portrait en pastel, bien ressemblant ; il fait mes délices et celles de toute la famille ; il est dans mon cabinet où je travaille […] ; ainsi je vous ai toujours avec moi, devant mes yeux ; dans mon cœur vous y êtes profondément toujours.6 »

Joseph Krantzinger (1740-ap. 1772), Marie-Antoinette en costume de chasse, 1771, pastel sur parchemin. Vienne, château de Schönbrunn. Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Marie_Antoinette_in_a_red_hunting_habit-1772.jpg

L’habit de chasse que porte Marie-Antoinette sur tableau peut être rapproché sans ambiguïté de l’item n°125 (« un autre habit, une veste et une jupe aussi pour monter à cheval, de ratine écarlate à tresse et brandebourg en or ») et de l’item n°133 (l’un des « deux chapeaux de castor à bords d’or dont un garni de plumes ») de l’inventaire de la garde-robe. Le cas mentionné ici est un bel exemple où les archives, la correspondance et la peinture se croisent, se répondent et confirment les faits historiques.



Citer ce billet
Mathieu da Vinha (2023, 13 juillet). Marie-Antoinette et sa garde-robe. LMA. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz65

  1. Voir Mathieu da Vinha, Dans la garde-robe de Marie-Antoinette, Paris, RMN, 2018. []
  2. Archives départementales des Yvelines, 3E45/152 – 14 octobre 1771. []
  3. Voir notamment Clémence Poupin, « Les peintres de Marie-Antoinette », mémoire d’étude (1re année de 2e cycle), sous la direction de Gwenola Firmin, Paris, École du Louvre, mai 2015, 2 vol., I, p. 23-33. []
  4. Correspondance secrète entre Marie-Thérèse et le comte Mercy-Argenteau, avec les lettres de Marie-Thérèse et de Marie-Antoinette, publiée avec une introduction et des notes par M. le chevalier d’Arneth et M. A. Geffroy, Paris, Firmin-Didot, 1874, 3 vol., t. 1, p. 157. []
  5. Ibid., p. 177. []
  6. Ibid., p. 196. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search